Surface de réparation

Transformation d’un parking en superstructure en équipement public sportif dans le quartier du Vieux Pont de Sèvres à Boulogne-Billancourt (92)

The repaired surface, Transformation of an above-ground parking garage into a sports centre in Vieux Pont de Sèvres neighborhood in Boulogne-Billancourt (France)



Surface / Surface : 2 200 m² shon
Coût / Cost : 6.1 M€ HT
Adresse / Address : Quartier du Vieux Pont de Sèvres, 92100 Boulogne-Billancourt
Maître d'ouvrage / Client : Saem Val-de-Seine Aménagement
Equipe de maîtrise d'oeuvre / Team : Atelier du Pont (architecte), Artelia (BET mandataire), Signes (paysagiste) 
Architectes chefs de projet / Architects project managers : Eve Honnet, Maciej Janakowski
Architecte d'intérieur / Interior designer : Aline Defert
Livraison / Date : 2013


Le nouvel équipement sportif s’inscrit dans le projet plus vaste de requalification intégrale du quartier du Vieux Pont de Sèvres à Boulogne-Billancourt.
Hier : un épais socle de parkings en superstructure des années 70, un cas d’école de l’urbanisme sur dalle. L’îlot est marqué par deux imposantes figures pyramidales. 2300 logements, 5400 habitants au total, 3900 places de parking… L’envers de la ville et une image dégradée qui jure terriblement avec l’aura des nouvelles constructions alentours et du renouveau du quartier du Trapèze.
Tailler dans ces milliers de places de parking a permis de faire place à ce nouvel équipement sportif et lui offrir une nouvelle façade sur la rue du Vieux Pont de Sèvres.
A l’image de l’artiste Gordon Matta-Clark tronçonnant le béton, il a fallu découper la dalle et ouvrir la façade pour pouvoir faire entrer la lumière naturelle. D’un parking aveugle et vieillissant est sorti un projet s’inspirant de son brutalisme et conservant certains de ses codes (notamment la signalétique et les marquages au sol) pour le remanier avec tenue et impertinence à la fois.
Aujourd’hui : Une façade sur rue qui ose se confronter à l’imposante figure pyramidale du bâtiment existant sans la nier. A l’intérieur, une signalétique affirmée et un espace vaste et haut en couleur, ouvert et énergique qui laisse présager d’un futur assuré.

Dans une seconde phase le projet se poursuivra en creusant un passage commercial attenant à l’équipement sportif qui viendra désenclaver le quartier du Vieux Pont de Sèvres, créer le lien avec la ZAC du Trapèze et ouvrir le passage vers le métro.

The new sports centre and shopping mall are part of the larger project to transform fully the Vieux Pont de Sèvres neighborhood in Boulogne-Billancourt.
Yesterday: a dense, above-ground parking structure built in the 70’s, a classic case of concrete slab-based urban design. The block is characterized by two imposing pyramid shapes. There are 2,300 housing units, 5,400 inhabitants in all, and 3,900 parking spots. It is the opposite of a city, a decaying view that clashes terribly with the new, surrounding constructions and the renewal of the Trapèze neighborhood.
Cutting into these thousands of parking spots makes way for a new sports centre with a new facade that looks out onto the rue du Vieux Pont de Sèvres. Just like the artist Gordon Matta-Clark, who demolished concrete, the surface had to be cut and the formerly blind façade had to be revealed to allow natural light to enter. A dark, aging parking structure gave way to a project inspired by this very brutalism and which preserves some of its traits (especially the ground markings and signage), reorganizing the whole with a sense of both respect and impertinence.
Today: A facade that looks out onto the street that dares stand up to the imposing pyramid shape of the existing building without denying it. Inside, well-established signage and a vast, colorful space that in its openness and sense of energy provides a glimpse of what is to come.

The second phase project will involve the creation of a shopping mall alongside the sports centre that will open up the Vieux Pont de Sèvres neighborhood, create a link to the Trapèze mixed development zone, and open up the path to the metro station.

Photos Frédéric Delangle